ISO 45001 : Quels leviers actionner pour être certifié ?

Publié le -

ISO-45001

Elle était attendue ; elle est finalement parue en Mars dernier. L’ISO 45001 v2018 “Systèmes de management de la Santé et de la Sécurité au Travail” est la première norme internationale sur le thème de la SST. Quels sont les points importants de cette norme ? Que faut-il retenir ? Des éléments de réponse dans cet article.


ISO 45001 : une norme distincte, une base commune


Il s’agit bien là d’une nouvelle norme distincte, et non d’une révision ou d’une actualisation basée sur l’OHSAS 18001 précédemment déployée en entreprise. Sa nouveauté réside d’abord dans l’esprit général de la norme. Là où l’OHSAS 18001 affichait clairement des exigences uniquement tournées sur le système de management de la SST, l’ISO 45001 va beaucoup plus loin. La norme ne s’affiche pas comme un recueil d’exigence mais centre la culture SST au coeur de la certification. Garantir des lieux de travail sûrs et sains, éviter les traumatismes et les pathologies liées au travail et améliorer en continu la performance SST sont les éléments attendus pour être certifiés ISO 45001. On peut dire qu’on “ne se contente plus” de vérifier qu’un système de management existe, il est insuffisant si la culture d’entreprise n’est pas clairement tournée vers la SST.


Pour le plus grand bonheur des multi-certifiés, être certifié ISO 45001 ne revient pas à juxtaposer un système de management à ceux déjà existant. En effet, la norme repose sur la base commune aux ISO 9001 et ISO 14001 version 2015. L’organisme peut donc faire se recouper certains éléments de management comme son approche PDCA, ses processus, ou encore certaines de ses informations documentées. La SST n’est plus à part, elle fait partie intégrante de l’organisme certifié.

 

Recommandé pour vous  Guide. Digitalisation des services Qualité et HSE en 2018 -  Téléchargement  Gratuit

 

Le leadership à l’honneur


Tout comme pour ces autres référentiels, l’ISO 45001 place le leadership comme la pierre angulaire du système de management. Là où l’OHSAS 18001 ne parlait que d’engagement de la direction, l’ISO 45001 demande l’engagement et la participation de tous les niveaux hiérarchiques et de toutes les fonctions. Elle introduit entre autre la nécessité pour la direction de protéger tout travailleur à l’origine d’un signalement d’évènements indésirables, de dangers, de risque ou d’opportunités. En résumé, la direction “ne se contente plus” de signer la politique SST, elle doit tout bonnement l’incarner.


ISO 45001 : les nouveautés


La principale nouveauté due à l’utilisation du tronc commun aux autres ISO implique pour l’organisme de se placer dans son contexte. Pour cela, elle doit déterminer ses enjeux internes et externes, ses parties intéressées (autres que les travailleurs) et le périmètre d’application de son système de management. Ce dernier est donc élargi dans l’ISO 45001. Les multi-certifiés sont d’ores et déjà conformes au moins en partie pour cette exigence. Mais attention, ce qui a été défini pour des problématiques Qualité ou Environnementales ne sera pas forcément valable ou suffisant pour des problématiques de Santé et Sécurité au travail. Il faudra être vigilant et se poser à nouveau les bonnes questions pour vérifier que le contexte est complet.


La nouveauté dont “tout le monde parle” c’est l’obligation pour l’organisme de consulter et de faire participer tous les travailleurs et leurs représentants, s’ils existent, pour la prise de décision au sujet de la SST. L’OHSAS 18001 abordait cette notion mais restait vague à ce sujet. Il était simplement demandé de faire participer les travailleurs et de consulter les sous-traitants. L’ISO 45001 met en plus un accent particulier sur les travailleurs non-encadrants pour lesquels elle réclame la consultation pour 9 de ses paragraphes et la participation pour 7 autres de ses paragraphes. Elle implique tous les niveaux hiérarchiques en définissant des attentes et exigences claires à ce sujet.


Dernière grosse nouveauté, le système de management de la SST ne se limite plus à la prise en compte des risques et des dangers, il prend également en compte les opportunités. Il appartient de ce fait à l’organisme d’identifier les dangers et d’évaluer les risques et les opportunités pour la SST. Bien que ce point soit également commun aux autres ISO, la norme ISO 45001 ne fait pas mention du SWOT, mais surtout tient compte des opportunités visant à améliorer la performance en SST et celles visant à améliorer le système de management de la SST. Tout comme pour le contexte, les multi-certifiés ne pourront donc pas se contenter de l’existant. L’évaluation des opportunités devra être revue pour être agrémentée en tenant compte de la SST. Contrairement à l’ISO qui abordait rapidement les risques et les dangers dans un même paragraphe, chaque point est ici détaillé dans un paragraphe distinct avec des exigences détaillés. La norme en profite d’ailleurs pour réclamer un processus spécifique pour les opportunités.

 

Recommandé pour vous  Guide. Digitalisation des services Qualité et HSE en 2018 -  Téléchargement  Gratuit

En résumé


Plus généralement, la norme ISO 45001 reprend finalement tous les points abordés dans l’OHSAS 18001, en y ajoutant quelques nouveautés mais surtout en développant la quasi-totalité des points de l’OHSAS. Les paragraphes sont redécoupés pour être agrémentés d’attentes et exigences précises pour chaque sujet. C’est le cas par exemple pour les activités opérationnelles.


Après avoir lu la norme, j’ai eu deux sentiments. Le premier était l’inquiétude liée à la grande nouveauté de celle-ci, la consultation et la participation des travailleurs et de leurs représentants. Je pense que de nombreuses personnes après moi se poseront une même question : les intégrer oui, mais comment ? Ils réaliseront ensuite tout comme moi que la norme n’impose pas de format particulier. Chaque organisme pourra mettre en place les moyens qui lui paraîtront pertinent et appropriés pour convenir à ses contraintes et spécificités.


Le second sentiment était la satisfaction. En effet, on ressort de cette lecture en se disant que l’ensemble des sujets sont abordés et que pour bon nombre d’entre eux, des cadres et instructions/directions précises sont données. Aussi, après une lecture attentive de la norme, je pense que chacun a les cartes en main pour mener à bien son projet de certification.


Avec un objectif annoncé de 3 ans pour passer sous la certification ISO 45001 v2018, les organismes ont du temps, mais attention à ne pas se laisser rattraper ! Mieux vaut commencer la transition ou lancer le projet dès maintenant pour s’assurer de respecter les délais. A vos marques… Prêt ? Partez !


Allez plus loin :

> Replay : Webinar ISO 45001 : nouvel allié de votre démarche SST ?

Nouveau call-to-action